Le président du FasoLe Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a assisté ce jeudi 2 mars 2017, au ciné Nerwaya à Ouagadougou, à la projection du film « La forêt de Niolo » du réalisateur burkinabè Adama ROAMBA. Il était, pour l’occasion, accompagné de son épouse et de certains membres du gouvernement.

Ce long métrage du réalisateur burkinabè Adama ROAMBA, intitulé « La forêt de Niolo », est dans la compétition officielle de cette 25ème édition du FESPACO. Le réalisateur met en scène un homme politique, Kader TRAORE, qui, parce qu’il veut exploiter les ressources naturelles, du village de Niolo, développe des initiatives en vue de contraindre les populations à se déplacer. Pour atteindre son objectif, il n’hésite pas à user de la corruption ou à s’attacher les services de délinquants dangereux. Un journaliste d’investigation qui s’intéressait de trop près à cette affaire a d’abord été licencié par ses responsables et ensuite, assassiné par les hommes du politicien Kader TRAORE. Mais pour ce dernier, l’histoire fini mal car non seulement son plan n’a pas fonctionné, mais en plus, il réussit à se mettre à dos toute la République. Il y laissera la vie.

Le Président du Faso qui a suivi de bout en bout ce film a donné ses impressions à l’issue de la projection : « Je dois dire que c’est un film que j’ai beaucoup apprécié puisse qu’il montre un peu la cupidité de l’homme ». Pour lui, « la moralité, c’est que la cupidité entraînant à ce type de crime est forcément une déchéance ».

De l’avis du chef de l’Etat, le film d’Adama ROAMBA interpelle aussi bien les gouvernants, la société civile que les citoyens, à mettre la bonne gouvernance au centre de toute gestion des affaires publiques, au profit de l’intérêt collectif. Le Président du Faso estime que ce film est d’actualité et reflète la réalité de plusieurs pays du continent. Seulement il prévient que « partout où les choses ont été mal gérées, la fin aussi est précipitée et chaotique ».
Le Président Roch Marc Christian KABORE a exprimé son soutien à tous les cinéastes burkinabè dans la compétition et dit croiser les doigts pour que l’Etalon de Yennenga reste à la maison cette année.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE