C5MOEigWEAIWtxwLa configuration du nouveau gouvernement du Burkina Faso répond à un souci d’améliorer l’efficacité de l’action gouvernementale, a déclaré le Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba, lors d’un point de presse, mardi à Ouagadougou.

«Le souci du président du Faso et du mien est la recherche de l’efficacité gouvernementale, une efficacité accrue pour atteindre les objectif du Plan national de développement économique et social», a affirmé le chef du gouvernement burkinabè qui était face à la presse mardi matin, moins de 24 heures après le remaniement ministériel.

Selon Paul Kaba Thiéba, l’axe central qui sous-tend la formation du nouveau gouvernement est la volonté d’opérationnaliser le Plan national de développement économique et social (PNDES).

A l’entendre, il était impératif que l’équipe gouvernementale soit réajustée, en vue de prendre en compte ce nouveau référentiel de développement au Burkina Faso.

Et d’expliquer que dans «la clé de lecture de ce gouvernement remanié» deux préoccupations apparaissent dont la première est relative au respect de l’engagement présidentiel en ce qui concernent les enjeux sécuritaires.

L’autre enjeu, a-t-il poursuivi, est la nécessité de séparer certains ministères sectoriels en vue d’obtenir plus d’efficacité dans la conduite de l’action gouvernementale.

Le décret portant remaniement ministériel au Burkina Faso a été rendu public dans la nuit de lundi à mardi.

Cinq nouveaux ministres font leur entrée dans le gouvernement alors que deux autres en sont remplacés, dans ce gouvernement Paul Kaba Thiéba II.

Dans la nouvelle équipe, le PM Thiéba reste en poste, tandis que le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré cède son portefeuille de la Défense.

C’est désormais l’ex ministre de la Jeunesse et de la Formation et de l’Insertion professionnelles Jean-Claude Bouda qui se chargera de la Défense et des Anciens Combattants, poste détenu depuis 2011 par les différents chefs d’Etat burkinabè.

Celui-ci (Jean-Claude Bouda) laisse son portefeuille à l’ex ministre de la Santé Smaïla Ouédraogo.

L’un des nouveaux entrants est Nicolas Méda qui récupère le département de la Santé.

Simon Compaoré, personnalité très influente du régime en place, conserve son statut de seul ministre d’Etat dans le gouvernement Thiéba, et celui de la Sécurité, mais cède néanmoins l’Administration territoriale et la Décentralisation au nouvel entrant Siméon Sawadogo.

Le ministre de l’Enseignement supérieur Pr Filiga Michel Sawadogo laisse sa place au nouvel entrant Alkassoum Maïga.

La ministre des Postes et de l’Economie numérique Aminata Congo/Sana est remplacée par une autre dame, Mme Hadja Fatimata Ouattara/Sanon.

Le Pr Alfa Oumar Dissa garde uniquement l’Energie et cède les Mines et les Carrières au nouvel entrant Oumarou Idani.

Le gouvernement Thiéba II compte 32 membres dont deux ministres délégués et quatre secrétaires d’Etat.

Annoncé pour fin janvier ou début février, ce remaniement ministériel était attendu par beaucoup de Burkinabè.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE